Pierre BAUER


Pierre Bauer est né le 31 janvier 1923 à Saverne, jolie ville située à 40 km de Strasbourg. Il passe ses premières années dans sa demeure familiale, entouré de Salomon Bauer, son père ainsi que de sa mère, Germaine. Malheureusement, Pierre perd son père alors qu'il est encore très jeune (sans que je puisse avancer de date ni de raison).

Pierre et sa mère qui sont alors livrés à eux-mêmes, finissent par quitter leur région natale, l'Alsace, comme de nombreuses autres familles. Ils émigrent dans le sud ouest de la France, en Dordogne, dans la commune de Sarliac-sur-l'Isle. Dès 1940, Pierre Bauer commence à travailler pour un marchand de chaussures nommé René Labrue dont le magasin se trouve à Périgueux. C'est à son lieu de travail que Pierre sera arrêté le 10 novembre 1943. 

J'ai retrouvé un témoignage de l'employeur de Pierre relatant le jour de l'arrestation de celui-ci. René Labrue y raconte que le jeune homme aurait été arrêté en fin de matinée, vers 11 h, alors qu'il travaillait avec un collègue dans l'atelier à l'étage du magasin. Ayant entendu du bruit au rez-de-chaussée, Pierre descend et tombe sur une troupe allemande ainsi qu'un homme nommé Lapuyade, qui l'aurait dénoncé.

Pierre est immédiatement arrêté. Il est interné quelques jours à Limoges avant d'être emmené à Drancy, où il arrivera le 24 novembre 1943 et portera le matricule 8951.

Le 7 décembre 1943, il est emmené dans un bus pour la gare de Bobigny, gare de laquelle il part pour Auschwitz comme 999 autres prisonniers.

À leur arrivée en Pologne, une majorité des femmes, des enfants et des plus faibles sont directement emmenés dans les chambres à gaz. C'est seulement une petite partie des prisonniers qui est sélectionnée pour travailler. Du haut de ses vingt ans, Pierre est gardé en vie et est probablement emmené dans les usines IG Farben du camp de Monowitz. Il a alors un nouveau matricule :  le 167453

    La date officielle de son décès a été fixée au 30 janvier 1944 car c'est la dernière fois que ses proches auraient eu de ses nouvelles mais j'ai  retrouvé d'autres informations qui nous apprennent qu'il serait décédé quelques mois plus tard. D'après les archives d'Auschwitz, il aurait été interné un total de 5 fois à l'infirmerie du camp entre le 10 janvier 1944 et le 10 juillet de la même année. On ne peut donc avancer aucune réelle date concernant son décès mais il n'est jamais revenu des camps. 

Sa mère, quant à elle, ne fut pas arrêtée et est décédée à Mutzig, en Alsace, en 1978. Elle passera de nombreuses années à essayer de comprendre ce qui était arrivé à son fils sans jamais trouver de réelle réponse à cette horreur. J'ai retrouvé des lettres témoignant de ces recherches et conservées au Service Historique de la Défense de Caen.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.