Ludovick HALPERIN


Ludovick Halpérin est né le 6 juin 1893 à Moscou. Il suit des cours d'ingénierie radio dans une école située dans l'ancien empire austro-hongrois et parle donc couramment allemand. Il se marie à Rose Anszyn, fille de riches diamantaires venu d'Odessa, en actuelle Ukraine. Ludovick mène donc une vie assez aisée à Moscou pendant quelques temps.

Il finit tout de même par fuir sa ville natale en 1925 avec sa femme et leur jeune fils après la réquisition par les communistes de leur bel appartement. Ils s'installent en France et appose la mention "né à Varsovie, Pologne" sur tous ses documents administratifs par peur d'être mal considéré en tant qu'immigré russe. En effet, tous les papiers de déportation que l'on retrouve à son sujet comporte cette mention qui est en fait erronée.

Il s'installe avec sa famille au 104 rue Lauriston dans le XVIème arrondissement parisien et commence à travailler dans son propre magasin où il exerce la profession de moniteur radio en compagnie d'un immigré biélorusse, Natin Zetlin, qui l'assiste. La famille Halpérin est alors très confortable financièrement, ils partent souvent en week-ends ou en vacances sur les bords de la Marne. 

Après la reddition de la France, Ludovick, reste très confiant en Pétain et obéit au devoir de se faire recenser, sans poser de question. Son fils, lui, est méfiant et décide de ne pas y aller.

Malgré tout Ludovick finit par se rendre à l'évidence et envoie sa femme et son fils à Nice (qui se trouvait en ancienne zone occupée italienne) pour les protéger. Malheureusement, il n'a sans doute pas le temps de les rejoindre et est arrêté à Paris (probablement sur dénonciation).

Au vu de sa situation aisée probablement, Ludovick aurait eu un traitement particulier. Il est interné dans une résidence surveillée en Isère pendant quelques temps. Une nuit, tous les Juifs y étant internés sont réveillés. Les nazis chargés de les surveiller leur apprennent qu'ils sont libre (ce qui n'était bien sûr rien d'autre qu'un piège). Ludovick et d'autres Juifs tentent alors de traverser les Alpes pour gagner l'Italie mais ils sont arrêter à Borgo San Dalmazzo où ils sont internés. Il est après transféré à Drancy où on lui donne le matricule 8728.

Il est déporté par le convoi 64 du 7 décembre 1943. Il est sans doute gazé dès son arrivée à Auschwitz au vu de son âge. Sa femme et son fils, eux, survivront à la guerre.

  


Merci à Alexis Halpérin, l'arrière-petit-fils de Ludovick, pour ces nombreuses informations ainsi que la photo.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.