Jules FENSTER


Jules Fenster (né Israël Fenster) voit le jour à Strasbourg le 4 septembre 1927. Il habite alors dans sa demeure familiale, au 4 Grand'Rue, avec son père, Moïse, sa mère, Fanny ainsi que sa grande soeur, Hélène. Le père de Jules est tailleur et sa mère n'a pas de profession.

Quelques années plus tard, en 1936, alors que Jules est âgé de seulement 9 ans, Moïse décède. Fanny est donc entièrement responsable de sa petite famille et se lance dans la bonneterie.

En juillet 1939, sentant la menace de la guerre et de l'antisémitisme peser sur la région alsacienne, Jules, sa soeur, sa mère et sa grand-mère maternelle Sara, quittent Strasbourg pour Vichy. Ils s'installent au 5, rue de Provence et Fanny reprend son commerce.

Ils passent quelques année à Vichy, suivant les règles imposées aux Juifs. En effet, ils se font recenser comme "Juifs français"Malgré tout, le 25 novembre 1943, quelques de jours après le décès de Sara, Jules et Fanny sont finalement arrêtés. Le jeune homme accompagnait sa mère se réapprovisionner en articles de bonneterie chez un grossiste lorsque la Gestapo débarque dans le magasin. Ils sont immédiatement emmenés et sont transférés le 30 novembre au camp d'internement de Drancy où Jules se voit attribuer le matricule 9548.

Une semaine plus tard, Jules et Fanny font partie de la liste de départ du prochain convoi : le n°64. Ils partent donc de la Gare de Bobigny le 7 décembre 1943 à 12h10 et arrivent à Auschwitz trois jours plus tard. Fanny décèdent malheureusement pendant le trajet tandis que Jules arrive à destination et est sélectionné pour le travail. On lui tatoue alors, sur le bras, un nouveau matricule : le 167507 puis on le transfère à Buna-Monowitz.

Après plus d'une année de travail dans des conditions inhumaines, Jules perd finalement la vie en 1945, lors d'une Marche de la Mort.

Sa soeur Hélène ne sera pas arrêtée en même temps. Alertée par la rumeur d'une rafle et comprenant que sa mère et son frère en font partie, elle quitte la ville et son appartement pour se cacher et assurer sa sécurité. Elle sera finalement arrêtée en juin 1944 et emmenée par le convoi 77. Ayant survécu aux camps, elle a donné de nombreux témoignages.


© Crédit photo : Mémorial des enfants Juifs déportés de France, Serge Klarsfeld

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.